Site d’informations indépendant, sur les communes des Hautes Vallées des Gaves dans le 65
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
 
     

La fête des béliers, un concours qui retrouve ses racines avec succès

mardi 26 avril 2011 par Rédaction

La relance et le développement de la filière ovine et du pastoralisme passent par des concours et des festivités alliant élevage et tourisme http://www.argeles-infos.com/spip.php?article991 . C’est ce qui s’est passé à Argelès-Gazost avec la première fête des béliers en associant l’AREDA et l’ensemble des GVA des vallées des Gaves à l’office de tourisme d’Argelès.

On attendait 50 béliers, il en est venu 95 avec 60 éleveurs. Voilà de quoi satisfaire le Président de l’AREDA, Bernard Moules et les techniciens de la filière qui l’accompagnent, certains avec leurs propres béliers, car c’est un travail de passionnés où l’implication est totale.

La fête des béliers

Malgré une météo peu favorable, c’est un premier succès touristique. Plus de 300 casse-croûtes-omelettes ont été servis avec les cafés-partenaires : Bar du Centre, Bar du Lavedan et Café des Fleurs. Un premier pas vers un développement de cette manifestation qui se déroulait par le passé à Lourdes et qui avait été abandonnée en 2008.

Quatre races concouraient dont trois autochtones : berrichonne, tarasconnaise, lourdaise et barégeoise. Si la race berrichonne n’est pas pyrénéenne, des croisements avec des races autochtones permettent d’offrir d’excellents agneaux aux consommateurs. La tarasconnaise, d’origine ariégeoise, est une race de mouton a viande à petit effectif qui est relativement répandue sur toute la chaîne des Pyrénées. La race lourdaise a failli disparaître. Son avenir n’est pas encore vraiment stabilisé. Elle ne doit sa sauvegarde que grâce à des éleveurs passionnés qui continuent, malgré les difficultés, notamment liées aux grands prédateurs, à croire en son développement. Et ils ont raison. C’était également le cas de la race barégeoise qui, grâce à l’AOC puis l’IGP, a su développer une filière originale autour du mouton et non de l’agneau. Une filière qui pourrait bien encore se renforcer, notamment autour de ses pratiques, dans un cadre touristique tel que l’inscription de Gavarnie au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le concours : une affaire sérieuse

Pour le néophyte, on ne sait pas très bien ce qui se passe. Dès le début de la manifestation, Régis Baudiffier surveille les arrivées des bêtes. Note les numéros, les noms. D’autres observent. Marcel tâte les bêtes, comme si, sur un marché, il entamait une transaction. C’est ainsi pour chaque bête en présence de son propriétaire qui vante les qualités de son élevage.

Pour le touriste, ce qui attire, c’est la tête, les cornes... « regarde ces jolies cornes... celui là, on lui a coupé... » Mais pour ces techniciens, ce n’est pas seulement la tête et les cornes qui comptent. C’est toute la conformation de l’animal qui fait la pureté du reproducteur. Ce sera la bête recherchée pour assurer la descendance de toute une filière.

Régis note avec quelques autres de ses collègues. Marcel, en vieux connaisseur, a tout dans la tête. Mais que peut donc noter Régis sur son grand cahier ? Nous ne le saurons pas. Mais il nous a quand même livré les résultats du jury tout simplement notés sur ce même cahier. Pas d’ordinateur, mais 95 béliers de 60 exploitants sont passés au jugement de cette équipe.

Nous vous livrons tous les résultats notés sur ce fameux cahier par Régis Baudiffier.

L’avenir de la manifestation assuré

Francis Cazenavette, maire d’Argelès-Gazost, s’est dit très satisfait de cette manifestation et a remercié l’ensemble des participants qui ont contribué à son succès. Même chose du coté de Roger Mounard, président de l’Office de Tourisme qui note l’intérêt des touristes pour le pastoralisme ? Une découverte pour beaucoup de vacanciers comme en témoigne la fête de la transhumance qui, l’an dernier, a permis de réaliser 1200 repas et qui sera renouvelée cette année le 10 juillet avec le troupeau de Jean-Pierre Pommiès http://www.argeles-infos.com/spip.php?article994

Pour Bernard Moules, président de l’AREDA : « C’est un plaisir de nous retrouver ici. Nous commençons la tenue de ce premier concours et cela va se prolonger parce qu’il est important que tous les acteurs du territoire puissent se retrouver pour savoir ce que chacun fait ». Et il rappelle que « nous sommes dans un plan de relance de l’élevage ovin ». Pour lui, la présence des éleveurs est indispensable car ce sont eux qui « produisent des produits de qualité et façonnent les paysages et contribuent au tourisme ». Il faut donc : « Allier l’agriculture avec tous les acteurs du territoire ». Il termine en ayant « une pensée particulière pour Pierre Justice » pour ce technicien, aujourd’hui disparu, qui a beaucoup œuvré pour le maintien des races locales.

Nous pouvions également noter la présence de Christian Fourcade, Président de la FDSEA, de Georges Azavant, Conseiller Général d’Argelès et de Jacques Béhague, vice-président du Conseil Général et Conseiller Général du canton de Luz, berceau du bélier barégeois.

Les résultats du cahier de Régis (lire.pdf ci-dessous) :

Louis Dollo

Photos Philippe Decotte
CLIQUEZ